Ça y est c’est décidé, vous vous lancez comme créateur ou créatrice. La couture vous passionne à tel point que vous voulez en faire votre métier. Vous vous êtes bien renseigné sur les démarches administratives.

Si ce n’est pas le cas, que vous avez encore beaucoup de doutes et interrogations, n’hésitez pas à consulter les autres articles dédiés à cette thématique : Reconversion professionnelle couture

Vous avez trouvé votre marque. Mais il reste une question épineuse : où vendre ses créations ? Faut-il multiplier les canaux de vente ?

Les marchés

Les marchés et marchés artisanaux sont une bonne idée pour démarrer et prendre la température du succès de ses produits auprès du consommateur.

L’investissement est limité. Il vous faudra une table et une tonnelle étanche. L’achalandage est important car c’est la première chose qui attirera le client jusqu’à votre stand !

C’est bien de visiter le marché auquel vous souhaitez vous inscrire avant. Ça vous permettra de voir si il y beaucoup de passage, si vos produits y ont leur place.

Ensuite, il faut tout de même disposer d’une bonne dose de sens commercial. On est là pour vendre et déclencher l’acte d’achat auprès d’un badaud. Certes ça s’apprend, mais c’est plus facile pour certains que pour d’autres. Alors, réfléchissez-bien. Est-ce que votre personnalité vous permettra d’être à l’aise dans le rôle du camelot ?

Par ailleurs, le marché, c’est souvent à l’extérieur alors pour ceux ou celles qui sont des êtres d’intérieur comme moi … Fuyez. Il y a de superbes journées, mais il faudra aussi composer avec la pluie, le vent voire le froid à la période de Noël.

Enfin, il vaut mieux être en bonne forme physique car il y a montage et démontage du stand à chaque fois, avec chargement/déchargement dans le véhicule. Donc, rien d’insurmontable, mais ça prend du temps et de l’énergie.

Les salons

Un peu similaire aux marchés en extérieur, ils ont toutefois souvent meilleur presse et certains bénéficient d’une très bonne notoriété. On en trouve de toutes les tailles et dans toutes les régions.

Idem, mieux vaut d’abord aller visiter les lieux en touriste afin de voir si cela peut convenir à votre entreprise. Certains droits de place sont assez élevés.

Les boutiques de détail

Si vous décidez de trouver un revendeur, pensez-bien qu’il faudra adapter le prix de vos produits pour intégrer leur marge.

Sinon, tout est possible : achat d’un stock, dépôt vente avec reprise des invendus. Tout se négocie du moment que chacun y trouve son compte.

Les associations d’artisans

Cela fonctionne un peu comme une boutique, c’est un lieu où les charges sont mutualisées ainsi que les temps de présence. Ce genre de concept se développe de plus en plus. Si une association de ce type existe dans votre ville, n’hésitez pas à prendre contact avec eux pour voir s’ils cherchent de nouveaux créateurs.

Ouvrir sa propre boutique

Alors si vous croyez dur comme fer à votre projet, que vous avez les reins solides niveau finances ou que vous vous sentez prêt à défendre votre projet devant un banquier, que vous aimez les prises de risques, alors allez-y. Quelques connaissances en gestion et en comptabilité sont nécessaires pour ce type de projet, mais vous pouvez trouver des stages courts à la Chambre de Commerce et d’Industrie ou à la Chambre des Métiers par exemple.

Sinon, l’emplacement à une importance CAPITALE. Si vous avez repéré un pas de porte, n’hésitez pas à vous promenez aux abords plusieurs fois pour vérifier s’il y a vraiment du passage. Car vous pourrez ouvrir la plus belle boutique du monde, si elle est mal placée, elle aura beaucoup de mal à être rentable.

Un prévisionnel des recettes et des dépenses est aussi à prévoir. En réalité, c’est assez simple. Il faut totaliser toutes les dépenses sur une année puis mettre en face le chiffre d’affaires potentiel, en étant prudent et réaliste. Et donc la différence doit être positive. Il existe des modèles de budget prévisionnels pour vous aider à ne rien oublier.

La boutique en ligne

Vous pouvez créer votre propre boutique en ligne. Certaines solutions vous proposent des sites clés en main qui sont très bien comme Wix, Shopify, la liste n’est pas exhaustive !

Si vous êtes un peu à l’aise en informatique, même sans connaissance en codage, vous pouvez choisir d’acheter un hébergement et de créer votre site grâce à WordPress. C’est l’option que j’ai choisi pour ma boutique en ligne ainsi que pour mon blog. C’est la solution la moins coûteuse, mais il faut s’attendre à passer quelques heures à paramétrer tout ça. Et quand il y a des bugs, il faut aussi s’y pencher mais rien est impossible alors…

Les plateformes de commerce en ligne

La plus célèbre est Etsy. Elle n’est pas incompatible avec les autres options. C’est hyper facile à mettre en place. Le coût de publication d’une fiche article est de 20 centimes de dollars pour 4 mois. Et ensuite, il y a une commission prélevée au moment de la vente. Il existe aussi Dawanda, Amazon handmade, ainsi que d’autres plus sélectives où l’on doit postuler. On ne peut pas se contenter de ce type de plateforme mais elles peuvent représenter un bon complément.

Attention aussi si vous décidez de vous inscrire un peu partout. Il faut ensuite trouver le temps de tout garder à jour, et à penser à enlever un article vendu sur ses différents sites !

Si vous hésitez encore à vous lancer, je vous conseille de lire l’article suivant : Peut-on encore devenir couturière professionnelle en 2024 ?

Voilà, j’espère que ces différentes options vous aideront un peu dans votre réflexion. Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour m’en faire part. En attendant, bonne couture !