à quoi sert une surjeteuse

La surjeteuse, est une machine complémentaire à la machine à coudre qui sert à faire des finitions en bordure de tissu avec un point de type chainette.

C’est ce type de finitions que nous retrouvons dans les vêtements que nous achetons dans le commerce. Elle sert également à faire des assemblages pour les tissus élastiques, comme le jersey par exemple, le fameux tissu de nos tee-shirts.

Sur les machines à coudre traditionnelles, il existe parfois un point spécial tissu stretch. Si cela peut dépanner, il ne pourra pas vraiment faire le poids face à la couture « élastique » que crée la surjeteuse.

De même, pour finir les marges de couture, on peut utiliser le point zigzag de sa machine à coudre qui imite un peu la fameuse finition point de chaînette. La différence est que la finition aura un aspect un peu plus artisanal.

La surjeteuse, en plus de finir le bord de manière propre, vient couper les petits fils qui dépassent. Cela dit, je trouve que la finition au point zigzag est tout à fait correcte et n’altère pas la qualité de votre création d’autant plus qu’il s’agit de finitions se situant à l’intérieur du vêtement.

Je vais donc essayer de vous lister les cas où il serait utile d’investir et les autres !

J’ai besoin d’une surjeteuse si :

  • Je crée surtout des vêtement de matière extensible (jersey, élasthanne, lycra…) à savoir les tee-shirts, les sweats, les leggings et autres vêtements pour le sport, les maillots de bain ou la lingerie… ***Astuce : pour reconnaitre le jersey, je repère les petits « v » qui sont formés par le tricotage du tissu. Contrairement aux tissus tissés, qui sont créés par un enchevêtrement des fils chaîne et trame.***
  • Je suis une maniaque des finitions, et je veux créer des vêtements aux finitions « professionnelles ». Si c’est pour votre garde-robe personnelle et que vous aimez la perfection, vous aimerez beaucoup la surjeteuse. Si vous avez pour projet de vendre vos créations, ces finitions impeccables vous donneront beaucoup plus de crédibilité !

Je peux me passer d’une surjeteuse si :

  • Je crée surtout des vêtement avec des tissus cotons de type toile non extensible. Dans ce cas, c’est votre machine à coudre (ou piqueuse plate) qui sera votre meilleure alliée.
  • Je crée plutôt des accessoires, où les marges de couture sont souvent non visibles.
  • Je démarre en couture et je ne sais pas encore dans quelle direction je m’oriente. Donc, il vaut mieux tester un peu toutes les possibilités de création et voir vos affinités avec les différentes matières et les différents projets. En attendant, la machine à coudre fera le job. Attention quand même à sélectionner les aiguilles adaptées à chaque projet (cuir, jean, stretch, universel)

C’est décidé, j’investis 💶

via GIPHY

Côté budget, il y a tous les prix. J’utilise la Juki MO4s, une semi professionnelle, qui fonctionne bien qui vaut dans les 350€. J’ai eu l’occasion d’utiliser une vraie Juki professionnelle en école de couture. Bien sûr c’est le top, mais à moins d’en faire votre business, un modèle plus abordable suffira amplement.

Ensuite, il faut prévoir les cônes de fil de taille 120 minimum (plus le chiffre est élevé, plus le fil est fin). Pour les surjets de finitions, on place 3 bobines et une aiguille. Pour l’assemblage des tissus extensibles, on utilise 4 bobines et 2 aiguilles.

Attention, il faut que les aiguilles soit des aiguilles « overlock » spéciales surjeteuse.

L’enfilage est fastidieux de prime abord, mais je vous conseille vivement de vous familiariser avec la technique d’enfilage, que vous aurez à répéter régulièrement.

Les réglages

Ensuite, pour obtenir un beau surjet, il faut régler la tension de chaque fil. Je vous recommande ici de faire vos tests, quitte à y passer du temps.

Vous pouvez ensuite noter les combinaisons de tensions qui fonctionnent en fonction de la matière à surjeter, et compléter vos notes au fur et à mesure. En effet, chaque surjeteuse est différente et il est souvent hasardeux de choisir des réglages proposés sur le net. Donc n’hésitez pas à consacrer du temps au début, cela vous rendra service par la suite !

Voilà, j’espère que cet article vous aura éclairé sur la surjeteuse et son utilisation. Il y a évidemment plein d’autres choses à dire sur cette fabuleuse invention, mais c’est une première approche pour vous aider à y voir plus clair. N’hésitez pas à me laisser un commentaire, si vous avez des questions ou des remarques, je me ferai un plaisir de vous répondre !

Pour en savoir plus sur l’acquisition d’une machine à coudre, vous pouvez consulter mon article à ce sujet : Machine à coudre, comment choisir ?