CAP couture

Coudre est une activité géniale. Mais vous vous sentez limité par la technique ? Vous ne savez pas quelle direction suivre pour continuer de progresser ? Ou alors vous adorez les challenges ? Vous pensez peut-être même à une reconversion professionnelle… Pourquoi pas le CAP couture !

Le CAP couture, de son vrai nom « CAP métiers de la mode, vêtement flou » vous fait de l’œil. C’est une expérience que j’ai tentée en 2019, je vous livre ici quelques informations et conseils pour celles et ceux qui voudraient tenter l’aventure.

Quelles sont les vraies bonnes raisons de le tenter ce CAP ? Combien de temps faut-il investir ? Plus de détails, juste au dessous.

Le diplôme en question ? CAP métiers de la mode, vêtement flou

Pfff….Facile….Me direz-vous ! Niveau CAP, tranquilou bilou. Et bien, il faut tout de même savoir faire marcher ses 10 doigts (oui oui les 10, ceux de la main gauche aussi !) et plutôt rapidement d’ailleurs.

Ce CAP vous prépare à coudre des vêtements dits « flous » en opposition aux vêtements « tailleur » pour lequel il existe d’ailleurs un autre CAP.

On peut y rencontrer les différentes techniques principales qu’on trouve sur les vêtements qui constituent notre dressing : l’assemblage (manches, ceinture…), les finitions (ourlets, boutons,biais…), pose d’un zip (ou de son petit nom officiel, la fermeture à glissière LOL), les poches (passepoilées, plaquées…), les passants…. La liste n’est pas exhaustive.

Le CAP vous permet de travailler dans une industrie textile. Il faut donc apprendre la nomenclature industrielle, c’est à dire les schémas des opérations à réaliser. Les examens des années précédentes peuvent vous y aider.

Il existe également une abréviation à ce nom de diplôme : CAP MMVF. D’ailleurs, vous trouverez un groupe Facebook du même nom. Ce groupe est précieux pour les candidats car il regorge de conseils. En effet, les questions posées par les autres membres vous permettent d’avancer.

Le financement

Il est vrai qu’aujourd’hui, il suffit de s’intéresser de près à un loisir ou une passion pour voir les propositions de reconversion « finançable CPF » se multiplier sur notre fil d’actualité. Tout ça grâce aux fameux cookies qui nous suivent à la trace sur internet. Si vous voulez en savoir plus sur vos droits CPF (compte professionnel de formation), je vous mets le lien vers le site officiel, qui propose un catalogue de formations : Mon compte CPF. Attention, il n’existe qu’un seul site officiel et les tentatives d’arnaques se multiplient.

Il existe aussi le dispositif CIF ou CIF CDD. Ce dispositif vous permet de prendre un congé ou de réaliser une formation à l’issue de votre CDD tout en étant rémunéré à la hauteur de votre dernier salaire. C’est ce dernier dispositif que j’ai choisi pour réaliser ma formation en centre. C’est un peu fastidieux au niveau de la préparation du dossier mais ça vaut vraiment le coup ! Car si notre dossier est accepté, on part en formation l’esprit tranquille, libéré des contraintes financières.

Si vous êtes demandeur d’emploi, n’hésitez pas à poser la question à votre conseiller. L’industrie de la couture manque de personnes formées, vous devriez donc pouvoir vous faire financer assez facilement.

Les formations

Certaines sont réalisables totalement en ligne, d’autres se passent en centre. Il est à noter que vous n’avez pas l’obligation d’être inscrit à une session de formation pour vous inscrire à ce CAP comme candidat libre.

Pour la Loire-atlantique et la Vendée, il existe la formation de l’Astelle Atelier situé à Touvois dans le 44. Je parle de celle-ci car c’est celle qui m’a permis d’obtenir le diplôme. Pour celles et ceux qui sont dans la région, je vous mets le lien : Astelle Atelier formation couture.

Certains GRETA proposent également des formations couture.

Pour les accompagnements en ligne, il existe l’organisme Artesane. Celui-ci n’est pas finançable mais l’accompagnement de base est à 240€ : Pour en savoir plus, voici le lien : CAP Couture avec Artesane.

A plein temps ?

Pour les plus autonomes, la préparation en solo reste envisageable. Tout dépend de votre niveau actuel, de votre faculté à vous auto-corriger, et de votre auto-motivation. L’idéal est de vous engager à consacrer un certains nombre d’heures chaque semaine à cette préparation.

Il n’y a pas de secret, c’est en faisant encore et encore qu’on progresse, qu’on améliore sa technique, qu’on apprend à comprendre un énoncé technique.

L’inscription à l’examen

Les inscriptions se déroulent en général en novembre, sur le site de l’académie de votre région. Ensuite, vous avez la possibilité de prendre contact avec l’école organisatrice, dès lors que vous en aurez connaissance sur votre convocation, pour visiter les lieux et éventuellement essayer les machines.

Une piqueuse plate n’est pas difficile à appréhender dès lors que vous utilisez régulièrement une machine à coudre domestique. Mais, je vous conseille tout de même d’en essayer une au moins une fois avant l’examen. Les minutes seront précieuses !

L’examen

Pour les personnes ayant déjà un diplôme équivalent ou supérieur, l’examen se compose de 3 épreuves :

  • L’épreuve théorique de couture « Analyse et exploitation de données esthétiques et techniques » (coefficient 4, 3 heures)
  • L’épreuve pratique de couture « Mise en œuvre de la fabrication de tout ou partie d’un vêtement » (coefficient 10, 14 à 16 heures selon le sujet)
  • L’épreuve PSE : Prévention, Santé, Environnement (coefficient 1, 1 heure)

L’examen pratique du CAP Métiers de la mode, vêtement flou, se déroule en général sur 2 jours. On parle de 2 journées de 7 ou 8 heures. C’est à la fois très long et très court. C’est cette épreuve qui a un coefficient de 10 qui est la plus importante.

Toutefois, les 2 autres épreuves sont plutôt simples, elles se révisent en peu de temps et permettent de gagner de précieux points supplémentaires pour l’obtention du CAP.

Zoom sur l’épreuve pratique du CAP couture

Revenons sur l’épreuve pratique. Le tissu est fourni. Par contre, vous devez apportez votre propre matériel. Les examinatrices vous notent tout au long de l’examen. Elles regardent votre façon de vous organiser. Le midi, on doit même déjeuner avec elles pour qu’elles s’assurent que les candidats n’échangent pas sur le sujet de l’épreuve, et téléphones portables interdits ! Ça rigole pas !

Cela dit, s’il y a des éléments qui coincent, comme par exemple, vous ne savez pas quel point à la main il faut réaliser car le sujet nous donne uniquement le numéro du point, alors vous pourrez toujours vérifier le soir. Donc, je vous invite à lire rapidement l’ensemble du sujet dès le départ et à ne pas perdre de temps surtout !

Pour ma part, je n’ai pas eu le temps de finir, j’ai rendu mon vêtement avec l’ourlet de la combishort qui n’était pas terminé. J’ai tout de même commencé le point de finition à la main pour montrer que je savais le faire !

Conclusion

C’est quand même un sacré défi. Si ça permet de donner un gros coup d’accélérateur à sa progression, ça reste un examen avec tout le stress qui peut en découler.

Alors si les challenges sont pour vous un moteur, n’hésitez plus !

Pour préparer la suite de votre projet, je vous livre pleins de conseils pour créer votre entreprise : Reconversion professionnelle

Pour aller plus loin, je vous propose aussi d’étudier les différents canaux de vente à travers cet article : Vendre ses créations

Et si vous voulez absolument tout lire sur le sujet, rendez-vous sur la page dédiée à la reconversion couture !